#Elevage

70e foire concours de bétail gras de Pâques à Romenay

La 70e édition de la foire conours de bétail gras de Pâques, qui s'est déroulée samedi dernier à Romenay, m'a permis de m’entretenir avec les éleveurs. Ce travail  très particulier n’est pas sans risque, car comme ce sont des bêtes d’exception, le coût et le temps engagé pour "finir" ces charolaises oblige en effet l’agriculteur à engager des frais supplémentaires pour obtenir un produit haut de gamme.

Comme l’ensemble des éleveurs, les exposants de Romenay travaillent avec du "vivant", ce qui entraîne des semaines de travail d’environ 70 heures. C’est aussi grâce a leur vocation et leur passion que nous avons la chance de garder un système herbager et des bocages dans un territoire bressan qui mérite d’être sauvegardé.

L’aspect économique a été un autre d’élément de discussion car beaucoup d’entre eux attendent l’effet de « ruissellement » promis par la loi EGALIM, qui vise à partager la marge des produits avec les abatteurs et distributeurs. Les éleveurs comptent aussi sur le poids des consommateurs qui ont entre leurs mains le choix des produits locaux, labellisés ou issus des filières courtes.

Enfin, un grand merci à la municipalité, à Noël Favre et toute son équipe pour l’organisation de cette manifestation qui nécessite du temps et du travail, mais qui aboutit à une exposition de qualité rivalisant sans complexe avec d’autres foires du même type. Ces événements agricoles incontournables font partie intégrante du patrimoine bressan.

La position française sur la négociation de la Politique agricole commune (PAC) après 2020