#Comlois

Agression d'Yvan Colonna : Audition du directeur de l’administration pénitentiaire par la commission des Lois

Agression d'Yvan Colonna : Audition du directeur de l’administration pénitentiaire par la commission des Lois

Les travaux de l'Assemblée nationale sont suspendus depuis la fin du mois de février en raison des élections à venir, mais cela ne signifie pas que les commissions ne peuvent plus auditionner. C'est le cas de la commission des Lois, qui commence une série d'auditions sur la tentative d’assassinat perpétrée contre Yvan Colonna à la Maison centrale d’Arles. Cette semaine, elle a auditionné M. Laurent Ridel, directeur de l’administration pénitentiaire.

Pour rappel, Yvan Colonna, indépendantiste corse, a été condamné en 2007 pour l'assassinat du préfet Claude Erignac en 1998, après une cavale de 6 ans, avant qu'il ne soit arrêté en 2004. Le 2 mars dernier, alors qu’Yvan Colonna s’exerçait seul dans la salle de sport de la prison, Franck Elong Abé, détenu exerçant un emploi auxiliaire, y est entré seul pour faire le ménage avant d’agresser violemment pendant huit minutes Y. Colonna, dont le pronostic vital est aujourd’hui engagé.

Mon intervention sur cet événement qui pose de nombreuses questions :

"1/ Les services pénitentiaires sont un très grand service de l'Etat et, en responsabilité, celui-ci doit rendre compte et assumer les manquements susceptibles d'être à l'origine d'une telle situation. Le parquet national antiterroriste (PNAT) a annoncé ouvrir une information judiciaire pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste". Je ne comprends pas pourquoi le PNAT s'est saisi. C'est moins la nature terroriste de l'acte qu'un problème psychiatrique lourd de l'intéressé, qui doit être interrogé. La gestion par l'administration pénitentiaire du suivi de ces détenus présentant des troubles mentaux majeurs doit être interrogée. 

2/ Des zones d'ombre entourent le déroulement des faits. Beaucoup de questions ont déjà été posées par mes collègues : pourquoi personne n’est intervenu pendant ces huit longues minutes alors que l’agression était filmée par vidéo surveillance ? Où étaient les surveillants ? Pourquoi deux « détenus particulièrement signalés » se sont retrouvés seuls ? ...

Il importe de savoir si la vidéo de l'agression a bien été conservée. Sachant que l'agresseur faisait le ménage, ce dernier pouvait être en possession d'objets potentiellement dangereux. Le sac plastique provenait-il précisément de cet équipement ?  Sur les horaires, est-il courant que le ménage se fasse alors que la salle de sport est ouverte aux détenus ? "

Le directeur de l'administration pénitentiaire a dit ne pas pouvoir répondre sur l'auto-saisine du PNAT...

L’enquête devra faire la lumière sur les conditions ayant concouru à un tel événement, sans pour autant jeter le discrédit sur les personnels, qui exercent un travail difficile et stressant.

image
Thierry Donard, directeur adjoint de l'administration pénitentiaire, Laurent Ridel, directeur de l’administration pénitentiaire et Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission des Lois