#Bilan national 2022-2024

La mobilité sociale des jeunes au coeur de mes travaux au sein du Comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques

La mobilité sociale des jeunes au coeur de mes travaux au sein du Comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques

Ce long travail d’investigation, mené avec France Stratégie, a produit des travaux sur  « les inégalités de destin ». Cette évaluation s'est avérée sévère et devant cet échec, la seule mesure utile est celle portée par les maires que nous soutenons, de refuser la fermeture de classes au motif d'un effectif insuffisant. La proposition que nous faisons avec l'association des maires ruraux d'abaisser le seuil à 17 élèves par classe pour une fermeture envisagée par l'Etat, est beaucoup moins coûteuse que la multiplicité des dispositifs pour la jeunesse, évalués à près de 10 milliards d'euros. Le maintien des professeurs en 2024 aurait coûté moins de 200 millions d'euros. 

La mobilité sociale, l'égalité des chances passent par l'école, fondement de notre République, la qualité de celle-ci et le travail des enseignants. La vraie réforme est celle-ci.

La jeunesse n'est pas bien traitée. La société qui la méconnait a toujours tort. C'est cette volonté de mesurer la place qui lui est réellement faite qui m'a poussée à proposer cette étude, dont les conclusions négatives doivent nous interroger et nous contraindre à travailler autrement, d'abord avec les écoles, les collèges, les lycées, mais aussi les universités, qui accueillent des étudiants dans une situation de plus en plus précaire. L'accompagnement vers la réussite manque cruellement au sein des universités dont les budgets ne sont pas réévalués depuis des années. 

A lire aussi