#1er tour des législatives - 30 juin

Chère Madame, Cher Monsieur,  Avec la dissolution de l’Assemblée nationale, la question nous est désormais posée de savoir ce que nous voulons pour la France.

Chère Madame, Cher Monsieur,  Avec la dissolution de l’Assemblée nationale, la question nous est désormais posée de savoir ce que nous voulons pour la France.

Les électeurs ont exprimé une colère, que je comprends et que je n’ai cessé de relayer. Je sais que la santé et le pouvoir d’achat mettent les familles dans une grande difficulté. Je sais que l’éducation et l’enseignement supérieur sont en grande souffrance. Je n’ignore pas que la justice fiscale n’est pas au rendez-vous. 

Vous m’avez accordé votre confiance parce que vous connaissez ma capacité de travail et que vous avez reconnu ma compétence. Nous avons remporté de belles victoires : la construction des gendarmeries de Tournus et bientôt de Saint-Germain-du-Plain, Cuisery et Saint-Martin-en-Bresse, la création d’un Centre éducatif fermé, grand service public de la Justice, à proximité de Chalon-sur-Saône ; et bien d’autres, pour les agriculteurs, les artisans et les entreprises… Parmi elles, plusieurs ont ainsi été sauvées, on se souvient encore de la clinique Le Gouz qui allait fermer, ou de cette entreprise injustement pénalisée par les Douanes au point de déposer le bilan. 

Il reste beaucoup à faire, au plan national comme local ; promouvoir ensemble notre territoire de manière exemplaire avec le parc naturel régional de Bresse, au bénéfice des habitants, commerçants, artisans, producteurs locaux, agriculteurs, industriels… ; aider les communes, les associations, les jeunes, les citoyens, quels qu’ils soient. 

Vous me connaissez. Je suis une femme de gauche, qui travaille beaucoup, loin de tout esprit partisan, pour vous et pour notre pays. Je veux continuer à vos côtés, dans la France que nous aimons, la France républicaine de la liberté, l’égalité, et la fraternité. 

A lire aussi