#Bilan et engagement - législatives 2024

Le discours prononcé lors de la réunion publique à Louhans avec Pierre Joxe et Arnaud Montebourg

Le discours prononcé lors de la réunion publique à Louhans avec Pierre Joxe et Arnaud Montebourg

Elue en 2022 avec plus de 56% des voix, interrompue dans mon mandat de 5 ans par la dissolution, je repars avec la même détermination et le même amour porté à ce territoire. 

J’ai noué une relation de confiance avec les habitants dans ce territoire qui présente d’inestimables atouts. Une circonscription aux multiples visages.  

**********

Sur mon bilan, que je suis la seule candidate à pouvoir présenter :

1/ Vous dire que ce dont j’ai envie de parler en premier, ce sont des gens, par centaines, depuis 2012, qui sont venus me voir, dans mes permanences. 

2/ Vous parler aussi d’ordre et de sécurité, ces mots ne m’effraient pas. Je suis loin du discours qui laisserait entendre que la police tue, non la police nous protège, protège nos libertés et nous lui devons respect et reconnaissance. Vous pourrez entendre plus bas, le message de Bernard Cazeneuve à ce propos. 

Je me suis battue pour la construction de quatre gendarmeries : Tournus, (C’est fait), Saint-Martin-en-Bresse (qui devait disparaitre, au profit de Verdun-sur-le Doubs), Saint-Germain-du-Plain et surtout Cuisery.

La sous-préfecture de Louhans, sauvée avec Bernard Cazeneuve au téléphone, tard le soir. Il m’a écoutée et je l’en remercie, mais quelle bataille ! La suppression de la sous-préfecture, c’est la suppression de la compagnie de gendarmerie de Louhans. 

Un Centre éducatif fermé, dont la première pierre sera posée en mai 2025, soit dans un an. J’ai mis en place un comité de pilotage de sorte d’en faire un lieu exemplaire de lutte contre la récidive des enfants délinquants. 

La Justice, la suppression des tribunaux d’instance par R.Dati a été une catastrophe pour le territoire. La justice a abandonné la Bresse. Alors avec une femme courageuse, la présidente du tribunal de Chalon, on a créé au sein de la sous-préfecture de Louhans, un lieu d’accueil en lien direct avec le tribunal judiciaire de Chalon.

3/ L’éducation et la lutte pour le maintien des écoles (une victoire : l’école de Flacey-en-Bresse) et de nombreuses classes lorsqu’il était encore possible de travailler avec la direction académique. 

4/ Les entreprises m’ont fait confiance et appeler dans la difficulté. A titre d’exemple :

-Un règlement européen qui risquait de mettre à mal une entreprise locale, je veux parler de Lacroix Emballages à Branges. Nous avons gagné avec A. Danjean,

-Un méchant contentieux avec l’administration des douanes,

-Des normes environnementales à prendre en compte, 

-Une recherche de contacts avec la Chine et l’obtention de visas,

Tout ce travail a nourri ma réflexion et créer des liens forts.

**********

Mais, ce territoire exige une mobilisation totale : 

1/ Il doit imposer sa singularité et sa richesse, son identité culturelle et son environnement. 

Les associations locales font un travail colossal pour conserver ses atouts et lui donner une valeur de convivialité et de dynamisme économique, je pense aux associations du patrimoine mobilisée ici à Sennecey-le-Grand, à Etrigny, aux amis du parc naturel régional de Bresse.   

L’économie sociale et solidaire explose partout. La ressourcerie qui gère 150 tonnes de produits par an avec une cinquantaine de salariés en insertion, l’épicerie sociale et la loi sur le gaspillage alimentaire qui ne marche plus très bien. 

2/ Il doit permettre de vivre ici avec un médecin à proximité et des services de santé en capacité de répondre au besoin de chacun. 

A Crissey, ce sont 4 cabinets médicaux pour 1 seul médecin présent, à Cuisery, 3 cabinets pour 1 médecin. Une régulation nationale s’impose. Nous avions déposé une proposition de loi transpartisane en ce sens en 2023, rejetée par le RN. Nous continuerons ce combat à l’Assemblée avec le groupe de travail dont je suis membre. 

L’hôpital, également, est en grande souffrance, porté à bout de bras par des professionnels qui n’en peuvent plus, avec des CDI moins rémunérateurs que des CDD alors qu’ils apportent la stabilité à l’hôpital. 

Nous n’avons pas assez fait pour l’hôpital et pas pris les mesures courageuses pour lutter au niveau national contre les déserts médicaux.

3/ Ce territoire, il doit offrir à nos enfants une bonne école, temple de la culture et de la connaissance dans nos campagnes. 

La situation s’est aggravée ces deux dernières années avec la fermeture des classes, pourrissant la vie des élus, des enseignants et des parents. 

Je demande l’avis conforme du maire pour toute suppression d’une classe dont l’effectif reste supérieur à 17.

Le maintien des classes en 2024 aurait coûté 160 millions pour tout le pays, tandis que la soixantaine de dispositifs pour améliorer la mobilité sociale de la jeunesse, qui se sont révélés inefficaces, sont évalués à près de 10 milliards d’euros. 

4/ Nous devons entendre et répondre à la souffrance qui existe dans beaucoup de foyers, les femmes isolées avec enfant(s) se battent pour un travail qui ne rapporte rien après les frais de garde et les déplacements. Nous devons impérativement les aider, nous avions commencé par le faire et nous reprendrons ce travail. 

La question du pouvoir d’achat doit trouver sa réponse dans

-le blocage des prix de l’énergie sur une durée déterminée, les fournisseurs apportant la solidarité patriotique,

-l’annulation de la hausse du prix du gaz prévue au 1er juillet 2024,

-la facilitation des travaux d’économie d’énergie,

-l’indexation des retraites sur l’inflation, les bonifications de trimestres des sapeurs-pompiers volontaires, enfin décrétées conformément à la loi,

-la majoration des salaires. On doit pouvoir vivre dignement de son emploi, mais on ne peut laisser les TPE et les PME régler seules cette question. 

Le consentement à l’impôt passe par la justice fiscale. Les TPE et les PME paient les impôts que les multinationales ne paient pas, 40% des résultats sont consolidés dans les paradis fiscaux. Les classes moyennes et supérieures paient les impôts des milliardaires.

5/ Enfin, ce territoire doit avoir des femmes et des hommes politiques qui s’engagent, anticipent et soutiennent les actions de citoyens souvent plus modernes que nous. 

Je vais parler du non-cumul des mandats, plébiscité par les citoyens, de la responsabilité des élus nationaux, le rôle local du député qui doit être constitutionnellement consacré. 

Il est indispensable également, en tant que député, de veiller à une politique nationale qui tient compte des spécificités des campagnes. La question de la mobilité par exemple, exige un engagement national.

**********

Chers amis, les cahiers de doléances existent, ils sont sous clef, nous en demandions en vain, la présentation transparente. Les urnes ont parlé lors des européennes. Il faut nous réveiller. On ne peut remettre à plus tard les attentes exprimées, que je connais, que je partage, que je respecte et pour lesquelles nous aurions pu déjà apporter des réponses.

A lire aussi